La dernière interview de David Silva à Manchester City

0
212
@ManCity

David Silva, 10 ans à Manchester City ! Quand tu es arrivé en 2010, pensais-tu rester si longtemps ?

« Pas vraiment honnêtement, parce que de nos jours c’est très difficile de jouer 10 ans de suite dans la même équipe. Mais je dois reconnaître que je me suis senti à l’aise tout de suite, je l’ai toujours dit à mes coéquipiers et au staff… Et c’est pourquoi je suis resté si longtemps. »

Tu es arrivé en tant que champion du monde, tu étais un des meilleurs milieux mais l’adaptation en Premier League était réputée difficile, comment l’as-tu vécu ?

« C’était difficile parce que je suis arrivé sans récupération après la Coupe du Monde. Cela m’a pris à peu près 2 mois pour m’adapter au football anglais comme je n’avais pas totalement récupéré. Mais dès que je me suis senti en forme je me suis adapté rapidement et grâce à l’équipe j’ai continué de progresser pour devenir le joueur que je suis aujourd’hui. »

Comment était le Club à ton arrivée ? Cela correspondait-il à tes attentes ?

« La vérité c’est que j’étais surpris par leur accueil chaleureux. Quand nous nous entraînions à Carrington tout était plus petit et j’aimais bien cette ambiance de petite famille. Maintenant tout a changé parce que le Club a beaucoup grandi. Nos infrastructures sont énormes et le Club a un staff plus complet, mais c’est normal parce que le Club a atteint un niveau supérieur. »

Quand tu marques ton premier but rapidement en Europa League te sentais-tu déjà bien intégré ?

« Oui, bien-sûr au début quand on arrive dans une nouvelle équipe, dans un nouveau pays cela soulage d’avoir la chance de marquer son premier but rapidement et cela enlèves de la pression. Honnêtement cela m’a beaucoup aidé. »

Quand tu marques contre Blackpool qu’as-tu ressenti ?

« Je dis toujours la même, je pense que ce but a été le plus important pour moi. Parce que comme je l’ai dit au début c’était dur de m’adapter. C’étaient mes premiers mois en tant que joueur de City et je suis entré en jeu puis ai marqué ce but, et même fait une passe décisive à Carlos [Tévez]. Après ça cela m’a enlevé un peu de pression et j’ai commencé à me sentir mieux physiquement et suis devenu plus important pour l’équipe. »

Penses-tu que la Premier League ait changé en 10 ans ?

« Oui, je pense aussi que cela a changé à cause de la quantité d’entraîneurs étrangers qui sont venus, ils ont inculqué un autre style de football. Quand je suis arrivé le style de jeu était plus direct, ce qui est très dur parce qu’ils défendent très bien et ils n’ont pas besoin de beaucoup d’occasions. Mais le football évolue dans tous les cas et peu importe le style de jeu c’est toujours difficile de gagner dans ce championnat. »

Tu as toujours eu une relation privilégiée avec Sergio Agüero, comment est-ce de jouer avec lui ?

« Je lui ai donné beaucoup de passes décisives mais honnêtement il m’a beaucoup facilité la tâche parce qu’il sait trouver les espaces et est un tueur devant le but. »

Penses-tu que Sergio est un des meilleurs attaquants au monde ?

« Oui bien-sûr ! Il joue au très haut niveau depuis tant d’années en marquant beaucoup, ce qui est très difficile. »

Vous avez gagné la FA Cup en 2011, votre premier trophée, quel impact cela a-t-il eu ?

« Oui bien-sûr. Je pense qu’après ce trophée nous avons fait évoluer le Club et l’année suivante nous avons remporté la Premier League ! Je pense qu’un de nos meilleurs matchs était contre United lors du 1-6. Remporter un match comme celui-là contre son rival est un message fort. »

Ta passe décisive pour Dzeko lors de ce match est-elle une de tes meilleures ?

« Peut-être oui ! J’ai eu la chance de pouvoir en faire pas mal. Pour celui-ci je dois remercier Edin parce qu’il a converti l’occasion, sinon personne ne s’en serait souvenu. Au final on dépend toujours de ses attaquants. Edin est un grand joueur et j’ai beaucoup apprécié de jouer avec lui. Comme je l’ai dit avant, ce match a tout changé pour le Club, nous avons battu notre rival chez lui 1-6 et ensuite nous gagnons le championnat contre eux à la dernière minute. »

Appréciais-tu le style de jeu de [RobertoMancini ?

« Oui, parce que c’est celui qui m’a fait venir. Il m’appelait souvent quand j’étais à Valence pour essayer de me convaincre de venir. Je lui suis très reconnaissant parce qu’il m’a fait confiance, j’ai fait un des meilleurs choix de ma vie. Je suis resté 10 ans grâce à lui ! »

Le match contre United à l’Etihad en 2011-12 est celui où tu fais la passe décisive à Vincent Kompany, comment était ce match pour toi ?

« C’était très important pour nous, nous devions gagner ! Sinon United aurait pu remporter le championnat. Nous avons eu la chance que Vinnie marque. Chaque victoire contre United a une saveur particulière ! »

As-tu senti après ce match que vous aviez fait le plus dur ?

« Pas vraiment, parce que dans ce championnat tout est possible jusqu’à la dernière minute ! Peut-être ces dernières années le championnat a été remporté avec de l’écart, mais à ce moment-là le classement était serré. Ce match a été très important pour le titre. »

Le jour du 3-2 contre QPR était-ce la plus belle victoire ?

« Oui c’était beau parce qu’il y avait des rebondissements, mais ce n’était pas idéal parce que c’était très stressant ! Cela valait le coup parce que nous avons gagné, mais je préfère une victoire facile en championnat, on en profite plus. Nous en avions profité mais c’était très tendu. »

Un an après la période de Mancini était finie et [ManuelPellegrini est arrivé, comment était-ce avec lui ?

« Manuel était un super entraîneur et une super personne aussi. Il aimait jouer un jeu très offensif avec la possession. Nous avons eu une très belle année avec lui quand nous avons remporté le championnat (2013-14). »

Si nous avions perdu contre Hull cela aurait-il mis fin aux espoirs de titre ?

« C’est vrai, si nous ne gagnions pas nous n’aurions pas remporté le championnat. Dans ce match j’ai marqué et fait une passe décisive à Edin. Mais au final ce n’est pas toujours que les buts, tout le travail de l’équipe à travers la saison compte et cette année l’équipe jouait très bien. »

Nous avons remporté la Carabao Cup et la Premier League cette saison-là, la trouves-tu sous-estimée ?

« Oui, de nos jours cela paraît nécessaire d’avoir 100 points ou presque pour remporter le championnat, mais déjà à ce moment-là c’était déjà très dur. Il y avait beaucoup de bonnes équipes, et peut-être que le championnat était plus concurrentiel. Mais nous avons très bien joué et beaucoup marqué. »

Qu’as-tu pensé de l’arrivée de Pep [Guardiola] ?

« C’était une bonne nouvelle. Je savais déjà que Pep aimait travailler dur et la possession de balle, et pour mes caractéristiques j’ai pensé que son arrivée me serait très bénéfique. Au final il nous a prouvé que sa méthode fonctionnait très bien, nous avons remporté beaucoup de titres et avons appris à dominer contre de grandes équipes. »

Pep a changé le système pour que Kevin [de Bruyne] et toi soyez meneurs libres, pourquoi cela fonctionne-t-il si bien ?

« J’aime être au milieu, d’avoir le ballon proche en permanence. Il me permet d’être libre au milieu et de créer des espaces ou des occasions. J’ai marqué un beau coup-franc pour son premier match à l’Etihad. »

Nous savons tous ce qu’il s’est passé avec ton enfant Matéo né prématurément. Pep avait compris ta situation et te permettait de rentrer en Espagne. A quel point cela a-t-il compté pour toi ?

« J’ai vraiment apprécié ce qu’il a fait pour moi et merci à l’équipe aussi qui m’a beaucoup aidé durant cette période. Pour moi c’était une année très spéciale parce qu’au final Matéo était en bonne santé et nous avons remporté le championnat. C’était dur pour moi d’aller le voir à l’hôpital, j’avais beaucoup de choses en tête et j’étais surpris de pouvoir tenir. J’ai pu marquer un beau coup-franc pour lui lors de son premier jour à l’Etihad. C’était très spécial pour moi. »

Comment considères-tu ce jour ?

« C’était un jour très spécial. Je me souviens que je souhaitais vraiment le faire venir au stade et pouvoir jouer pour lui. Et ce jour-là j’ai eu la chance que cela se fasse. C’était parfait. »

 

« Nous avons transformé Man City en un Club qui gagne et c’est bien malgré les exigences. Nos fans le méritent après toutes ces années sans trophée. C’est normal qu’après tout ce que nous avons fait ces 10 dernières années les exigences soient plus importantes, mais nous avons l’équipe pour. »

Certains fans sont en colère que tu n’es pas été récompensé par un trophée individuel. Cela te préoccupe-t-il ?

« Non. Même quand on gagne des titres collectifs cela ne signifie pas qu’on va remporter un titre individuel. Au final ce qui compte ce sont les trophées collectifs. Je suis content que les gens apprécient me voir jouer. Avoir leur sympathie me suffit ! »

Quels sont tes projets après ton départ ?

« Je ne sais pas encore. Quand le moment sera venu je penserai à la suite, si je reste dans le football ou pas. Mais je veux profiter de ma famille et de mes amis parce que le football est beau mais est très chronophage. Même quand j’étais jeune j’étais souvent loin de chez moi… Je ne regrette rien, mais la période où je pouvais profiter de ma famille je manque vraiment, et je vais essayer de profiter du reste de ma vie avec ceux que j’aime. »

As-tu un message pour les fans ?

« Bien-sûr. Je leur serai toujours reconnaissant pour la manière avec laquelle il m’ont traité dès le début. Merci à eux, ma famille et moi nous sommes sentis chez nous. Je me suis senti ici chez moi dès le début, tout le monde m’a très bien traité ma famille et moi. Je serai toujours un Cityzen, jusqu’à ma mort, et ma famille aussi. »