La saison 2020-2021 vue par Khaldoon Al-Mubarak (1/3)

0
157
Manchester City

Comme chaque année, le président de City effectue son résumé de la saison écoulée et répond aux questions sur l’équipe, le staff, et tous les sujets touchant Manchester City. Voici la première partie entièrement traduite:

– Bonjour président, le matin après la défaite à Porto, il n’y a qu’une seule manière de débuter cette interview, comment vous sentez-vous aujourd’hui après cette finale?

– Je me sens fier, vraiment fier de ce que l’équipe a accompli. Vous savez quand vous atteignez une finale de Ligue des Champions, le sommet de ce sport, c’est une réussite incroyable. Nous avons travaillé dur depuis des années pour atteindre ce point. Et avant d’en arriver là, nous avons connu des échecs, c’est la vie, c’est le football.
Hier soir, nous sommes arrivés à une étape importante. Ensuite, c’est du 50/50, vous donnez tout, si les choses vont dans votre sens vous gagnez, sinon vous devez être fiers et dire félicitations à Chelsea.
Nous reviendrons plus fort, plus déterminé, je suis excité pour ce qui nous attend maintenant, revenir en finale de Ligue des Champions, et la gagner.

– Nous sommes assis ici, avec les deux trophées que nous avons gagné cette saison, à votre droite. Et ça veut déjà dire beaucoup, 5 Premier et 6 Carabao Cup en 10 ans, ça ressemble à une dynastie. Est-ce que vous pensez que c’est le cas, que c’est une dynastie qui a été mise en place?

– Absolument, regardez ça, nous sommes assis là, et vous me demandez comment je me sens à propos d’une saison où j’ai le trophée de la Premier League, de la Carabao Cup et une finale de la Ligue des Champions, c’est le genre de saison que nous avons, une saison remarquable. Mais c’est aussi un point culminant pour lequel nous avons travaillé dur. Nous sommes désormais un club qui se bat pour des titres tous les ans, vous ne pouvez pas gagner tous les ans, mais nous serons là pour nous battre.
Nous sommes la seule équipe anglaise à être en Ligue des Champions sur dix saisons consécutives. Cinq Premier League lors des dix dernières années, plus de trophées domestiques que n’importe quelle équipe anglaise. C’est le genre de cohérence que nous avons construit en tant qu’organisation. Et si vous regardez en Ligue des Champions, c’est toujours essayer d’aller le plus loin possible. Et à chaque pas en arrière, nous regrouper, et revenir plus fort. Et je pense que le record sur les dix dernières années doit me donner à moi et à tout le monde, la confiance et l’assurance que nous reviendrons et aussi triste que perdre une finale peut l’être, nous y reviendrons, c’est une promesse.

– Vous parliez déjà de promesses, la première fois que nous nous sommes rencontrés, il y a plus de dix ans. Vous m’avez dit que l’objectif était de gagner la Premier League cinq fois lors des dix prochaines années. Vous avez tenu votre promesse et nous en sommes plutôt heureux! Est-ce vous y croyiez vraiment quand vous l’avez dit ou c’était plutôt un espoir à ce point?

– C’est facile de dire ça maintenant, mais vous m’avez vu le dire, et ça s’est réalisé. Cette conviction n’était pas fondée sur une prière. C’était basé sur un planning clair et sur la confiance pour les personnes dans ce club, capable d’exécuter ce planning.
Dans un championnat, la meilleure équipe gagne la plupart du temps. Et je pense que nous sommes la meilleure équipe, toujours dans le top 4, et encore une fois, cinq titres en dix ans. Dans les coupes, c’est un peu différent, 90 minutes et tout peut arriver, mais c’est le football et c’est pour ça que nous l’aimons.
Je sais que Sheikh Mansour est immensément fier, sa vision remonte à 2008, de ce qu’il espérait, ce qu’il voulait sur 10 ou 12 ans. Nous sommes bien positionnés pour atteindre ce que nous voulons dans la prochaine décennie. Je regarde aujourd’hui le passé avec fierté et le futur avec excitation.

– Vous avez mentionné que cette saison était spécialement spectaculaire pour la manière dont elle a commencé, huitième ou neuvième à un certain point, les gens avaient déjà dit que l’équipe ne gagnerait rien, que Pep serait licencié, et nous sommes là aujourd’hui avec une victoire facile en Premier League, alors, à quel point êtes-vous satisfait, et comment comparez-vous ce titre par rapport aux autres?

– C’était une saison très compliquée, c’était un peu deux saisons en une seule. La fin de la Ligue des Champions, puis aucun break, c’est comme si nous avions commencé la saison avec la défaite face à Lyon, ça a été dévastateur pour Pep, l’équipe et les supporters. Puis, sans pré-saison, vous commencez une nouvelle saison. Nous avons quitté ce match face à Lyon avec un gros vide. Avoir perdu la Premier League face à Liverpool, puis la Ligue des Champions, nous avons dû être très fort mentalement pour récupérer. Et ça a pris du temps, en Septembre et en Octobre c’était encore difficile. Mais j’ai toujours su, qu’une fois que l’équipe se serait relevée, elle allait performé. Même au point le plus bas, je n’ai jamais eu aucun doute.

– Quels ont été les moments les plus importants de cette saison pour vous?

– Je pense que la défaite face à Leicester (5-2) a été très important, pas d’une manière positive, mais quand vous perdez un match de cette manière, je pense que c’était une sorte de redémarrage, ça a donné à Pep et au groupe, une idée claire de ce qu’il ne fallait pas faire et ce qu’il fallait corrigé et donc à travers la saison, nous nous souvenions de cette défaite et des erreurs à ne pas répéter.
Un autre moment important a été le match nul face à West Brom, ça a été un résultat qui a permis de gros ajustements, et ça a aussi permis la victoire face à Chelsea à Stamford Bridge. Ce résultat a lancé une période qui nous a fait gagner le championnat.
Le décès de Colin Bell, nous en avons beaucoup parlé, l’un des meilleurs joueurs de l’histoire du club, a été un moment important pour nous. Jouer contre United juste après, pour ce qui était un hommage. C’est quelque chose dont nous nous rappellerons, parce que nous avons gagné le match et c’était pour lui, tout le monde était dans cet esprit.
Puis, les matchs de Ligue des Champions à partir des huitièmes de finale. Aller gagner ces six matchs avec la manière dont nous avons joué et ce que nous avons montré mentalement a été incroyable.
Ensuite Everton, j’ai pu aller à ce match, seulement le deuxième de la saison après West Brom à cause des conditions de voyage. J’ai expérimenté un match sans supporters, ce n’était pas pour moi. Alors pour ce match face à Everton avec le retour des supporters, être ici pour le dernier match de Sergio. Ça a été pour moi, pour l’équipe, les supporters, une superbe fin.
Et bien sûr, pour finir, la finale de la Ligue des Champions, quel moment pour tous les supporters de ce club de jouer enfin cette finale. Ce sera toujours spécial.

– C’est bien connu, si vous ne vous améliorez pas, vous faites du surplace et si vous faites du surplace, vous reculez. Dans les affaires comme dans le football. Donc, quelles sont les priorités pour cet été pour ne pas faire du surplace et s’assurer que d’autres ne passent pas devant?

– Nous devons déjà repérer ce que nous devons renforcer. Une des choses que j’ai appris au fil des années, c’est que vous devez apporter de la qualité supplémentaire dans l’équipe pour garder une certaine fraîcheur et particulièrement quand vous êtes au très haut niveau. Vous savez quand vous avez gagner le championnat, ce n’est pas le moment de s’asseoir et d’attendre, ce serait notre plus grosse erreur. C’est le moment d’envoyer un message fort, c’est bien de gagner la Premier League, mais vous devez gagner encore pour continuer à être compétitif. Il y a évidemment des zones que nous devons renforcer, mais pas énormément. Nous améliorerons l’équipe dans plusieurs positions.

– Comment voyez-vous le marché cet été avec les déficits des clubs, est-ce qu’il y aura moins d’activité, moins de transferts?

– Je pense qu’il y aura de la méfiance, les clubs et les championnats ont des problèmes financiers. Mais je suis particulièrement fier en tant que club et en tant qu’organisation pendant la COVID, de notre vision claire. Notre stratégie financière et notre balance sont fortes et nous croyons que dans les 5 à 10 prochaines années, avec l’évolution du football, nous serons constamment en première ligne, en investissant intelligemment. Nous ferons ce que nous avons à faire cet été, et cela paiera.
Pour revenir à votre question, je pense que le mercato sera difficile parce qu’il n’y aura pas assez de liquidités à cause de la pression. Mais après avoir dit ça, je pense aussi qu’il y aura tout de même du mouvement, d’une manière plus créative.

– Si nous pouvons parler de Pep juste un moment, quand nous sommes huitième ou neuvième en championnat, et que les gens se demandent si il a perdu sa magie, son envie, à quel point étiez-vous confiant qu’il allait réinventer l’équipe de la manière qu’il l’a fait et gagner ce qu’il a gagné?

– Honnêtement, je n’ai jamais eu de doute. Et encore une fois c’est facile de dire ça maintenant, mais vous savez, les chiffres parlent pour Pep dans chaque club qu’il a entraîné. Mais laissons ça de côté, ses chiffres avec nous, au club, voyant son éthique de travail, sa passion, son engagement, vous ne pouvez qu’être confiant en étant à ma place. Une autre chose importante que je veux noter avec Pep, l’humanité qui vient avec lui. C’est une personne vraiment spéciale, je savais qu’il était dans une position délicate en Novembre, avant de signer son contrat. Je me suis rappelé de notre réunion ensemble, nous avons eu de longues discussions, nous nous sommes regardés dans les yeux, et j’ai vu un homme tellement déçu dans son esprit de ne pas donner ce qu’il voulait donner pour ce club. Un homme qui était tellement déterminé, mais qui voulait juste donner et qui avait la sensation de nous laisser tomber. Et c’est là que j’ai été clair avec lui en lui disant ‘Il y a des saisons où tu ne réussis pas ce que tu veux, mais tu dois continuer et garder cette confiance’. Nous étions à ce moment huitième ou neuvième, mais je pense que nous savions tous les deux que cette équipe pouvait gagner le championnat, la COVID n’a pas aidé bien sûr, le contact physique est important dans ce genre de sport, et ça nous a affecté de ne pas pouvoir en avoir. Donc nous nous sommes juste assis ensemble, pour nous assurer que nous étions sur la même longueur d’onde, qu’il voit ce que je ressentais, et la direction que nous voulions prendre n’avait pas changé. Et je pense qu’à la fin ce n’était pas si compliqué que ça, nous avons quitté cette réunion avec un agrément mutuel, nous allons continuer ensemble et je me rappelle avoir ressenti que quelque chose de spécial allait se passer après ça, et je pense qu’il a ressenti la même chose.
Après être tombé d’accord sur le contrat, j’ai dit au Sheikh Mansour: ‘Je pense que nous allons gagner le championnat et que nous irons loin en Ligue des Champions’. Il m’a répondu ‘Tu tiens ça de ta réunion avec Pep il y a deux ou trois jours?’ Et j’ai dit ‘Oui’.

– Question des supporters: Qu’est-ce que le club fera pour prolonger encore une fois Pep Guardiola?

– Pep a donné énormément à ce club et je pense que cette période est l’âge d’or pour ce club, tant qu’il en est capable, sans aucun doute, nous ferons tout ce qui en notre pouvoir aussi longtemps que possible pour garder Pep ici. Je pense que nous devons apprécier les moments présents, apprécier les deux prochaines saisons, et de la même manière à laquelle j’ai répondu à cette question il y a deux ou trois ans, nous y allons pas à pas, tout fonctionne très bien, Pep est dans un bon environnement, il y a de bonnes infrastructures, nous avons la meilleure relation et nous avons tant accompli, l’aventure continue, et continuera tant que Pep est heureux. Et aux supporters de City, soyez confiants, nous prendrons le reste saison par saison.

Nos réseaux : Facebook – Twitter – Instagram – Site Internet