Les Blues argentins

0
108

« We’ve got Nicolas Otamendi; we’ve got Kun Agüero too; we’ve got Pablo Zabaleta; they’re our Argentinian Blues, our Argentinian Blues, are coming after you. »

Un chant populaire de ces dernières saisons pour une très bonne raison.

Le lien de City avec l’Argentine est peut-être le plus fort parmi les clubs de Premier League, la question est donc : pourquoi les Argentins sont-ils si populaires ?

Il y a bien-sûr des réponses plutôt évidentes, mais ce lien remonte à plus loin que le passé récent.

Il remonte en fait à 1981, même si initialement, les stars argentines ne portaient pas le maillot de Manchester City.

En 1981, City affronte Tottenham, un des clubs à avoir investi dans les joueurs étrangers après la mythique Coupe du Monde 1978 en Argentine.

Ossie Ardiles et Ricky Villa étaient 2 milieux offensifs techniques, rapidement devenus populaires en Angleterre et participant à la finale du centenaire de la FA Cup face à City à Wembley.

Ce qui est parfois oublié lors de cette finale, c’est que Villa fut remplacé et alors qu’il marchait vers le tunnel, inconsolable; les fans de City l’ont applaudi chaleureusement.

City gagnait 1-0 mais les Spurs égalisèrent suite à un but-contre-son-camp de Tommy Hutchison à 10 minutes de la fin et le match dû se rejouer.

Bien-sûr, le remerciement de Ricky Villa fut un doublé lors du replay 5 jours plus tard.

Un lien ténu peut-être, mais remémoré pendant de nombreuses années.

En 2002, Kevin Keegan recruta Matias Vuoso.

Bien que né en Argentine, il représentait le Mexique, encore un petit lien.

C’est peut-être une belle coïncidence que le premier Argentin de Manchester City fut Pablo Zabaleta, un latéral droit méconnu recruté auprès de l’Espanyol par Mark Hughes.

Zaba devint vite un chouchou des fans par son attitude sur et hors du terrain, ainsi que son habitude à se saigner pour City avec sa défense téméraire.

Comment enchaîner après une telle signature ? Et bien il suffit de signer Carlos Tévez.

Tévez partageait cet esprit téméraire et combatif avec une volonté de vainqueur et un professionnalisme sans faille, sans mentionner sa venue après son passage à Manchester United.

Tévez fut une réussite immédiate et même s’il avait une personnalité totalement différente de celle de Zaba, il était un autre joueur qu’on préfère avoir avec soi que contre soi.

Et le lien avec les joueurs argentins continua en 2011 avec l’acquisition de Sergio Agüero, qui forma rapidement un duo mortel avec Tévez et il n’y a pas de hasard si ces 3 joueurs jouèrent un grand rôle dans la victoire finale face à QPR.

Et il y a d’autres Argentins à venir.

Martin Demichelis était un roc de la défense de City qui remporta le titre de 2013-14 et la saison suivante, Willy Caballero arriva.

Caballero devint une sorte de figure culte parmi les fans de City et atteint le statut de héros lors de la finale de Carabao Cup 2016 contre Liverpool, à l’occasion d’une session de tirs-au-but.

A ce moment-là, Nicolas Otamendi avait aussi rejoint le Club, et avec plus de 200 matchs au compteur et 2 Premier League à son actif à ce jour, il constitue lui aussi une bonne recrue de l’Albiceleste.

Bruno Zuculuni n’avait que 21 ans quand il arriva en 2013, et ne jouera qu’un match pour City, mais Agüero et Zabaleta accumulent 701 apparitions à eux 2.

Et il faut préciser qu’Agüero est devenu le meilleur buteur de l’histoire de City !

Entre tous ces Blues argentins, on compte 1203 apparitions, 354 buts et 28 titres : des Premier League, des FA Cup et des Carabao Cup.

On peut dire que l’influence argentine à City lors de la dernière décennie, et en tant que part de l’ADN du Club, fut immense.