Once A Blue : Wright-Phillips, de père en fils.

1
499

Si Ian Wright, légende d’Arsenal (2ème meilleur buteur de l’histoire du club), avait dit à ses biens-aimés que leurs enfants deviendraient tout deux professionnels, en ayant quasiment le même parcours, elles l’auraient pris pour un fou… Mais dans la famille Wright-Phillips, la persévérance est un atout primordial, et Shaun ainsi que Bradley Wright-Phillips en ont toujours fais leur force.

Manchester City-France vous présente leurs histoires.

Shaun, fils adoptif de Ian Wright, et demi-frère de Bradley, est le premier du duo Wright-Phillips à entrer dans le monde professionnel, en 1999, après une saison en réserve à Nottingham Forest, qu’il avait rejoins en 1998 après ses 5 premières années à Manchester City, ou il à été formé à partir de 1993…

Débuts en professionnels

Durant sa première saison en professionnel, Shaun joue avec la réserve de City, avant de disputer quatre matchs dans l’équipe première lors de cette fameuse saison 1999-2000. Le 24 août 1999, il débute dans l’équipe A en affrontant Burnley lors du premier tour de la Coupe de la ligue anglaise. S’en suit notamment : Sa 1ère titularisation face à Charlton le 19 Août 2000, son 1er derby de Manchester le 18 Novembre 2000 (Défaite 1-0), son premier but en Premier League le 19 Janvier 2003 face à Fulham, ou encore son premier but au niveau européen lors du tour qualificatif de la Ligue Europa face au club gallois de The New Saints.

Départ à Chelsea…

C’est acté. Le 18 juillet 2005, un an après avoir prolongé de 4 ans avec Manchester City, Shaun signe à Chelsea pour 26 millions d’euros. Après 125 matchs, 8 buts, et une carrière de remplaçant chez les Blues, Shaun rentre déjà à la maison… 11 millions d’euros seront déversés par City pour se rattacher ses services. Il jouera 94 matchs, marquant 6 buts, remportant une FA CUP… avant de s’en aller. Définitivement ?

Shaun signe aux Queen’s Park Rangers

31 Août 2011, Shaun arrive à Londres, et quitte Manchester City pour QPR. Il y restera jusqu’en 2015, inscrivant 2 buts, au cours de 74 matchs, Shaun ayant multiplié les blessures… Rien de marquant, si ce n’est la victoire 3-2 en 2012 de Manchester City, contre QPR, à la dernière minute d’un match fou, au terme duquel les Cityzens furent champions, chose que n’a pas pu vivre Shaun à City…

Une nouvelle vie à New York… pour les 2 frères ?

Qu’en est-il de Bradley ? Le frère adoptif de Shaun, formé aussi à Manchester City, n’a pas marqué le club de son empreinte aussi bien que son ainé. Il a débuté chez les jeunes en 2001, signant professionnel en 2004. Il fût le meilleur buteur de la réserve lors de la saison 2003/2004. Bradley ne jouera que 2 saisons après être devenu professionnel à Manchester City, participant à 37 matchs, inscrivant 2 buts…  Le 6 décembre 2004, il marque son premier but en Premier League, seulement 4 minutes après avoir fait ses débuts en championnat en remplacement de Jon Macken, face à Middlesbrough.

Vendu ensuite 500 000 euros à Southampton, il y jouera entre 2006 et 2009, jouant 125 matchs, il y inscrivit 25 buts. C’est au Saint’s Mary stadium qu’il s’y fera un « nom », il y est connu notamment pour ses frasques (Par exemple, le 9 mars 2008, Wright-Phillips et son coéquipier de Southampton, Nathan Dyer, ont été accusés d’avoir volé de l’argent, des téléphones mobiles et d’autres articles du personnel du bar Bluu a Southsea le 28 février 2008. Seul Dyer sera reconnu coupable…)

Avant New York, les perturbations

Effectivement, tout n’a pas été rose pour Bradley. Durant sa carrière à City déjà, il était très en deçà de ses capacités. Malgré un bon passage à Southampton, il retombe à Plymouth Argile. Entre 2009 et 2011, le club connaît 2 descentes consécutives, d’abord en League one, division 3, puis en League two, division 4. Il jouera au total 37 matchs, inscrivant 17 buts, avant de s’envoler pour Charlton, en 2011. Lors de sa première saison chez les Addicks, il finit meilleur buteur du club avec 22 buts, et 3ème meilleur du championnat, et accède avec son équipe en Championship (D2) en étant champions de division 3. Lors de la saison suivante, Charlton fini 9ème de Division 2 et Wright-Phillips quitte ensuite le club à l’issue de la saison après 87 matchs,31 buts et un titre de champion de D3 au cours de ses 2 saisons à Charlton.

Un prêt à Brentford avant New York…

Avant de rallier les États-Unis, Bradley s’est offert un dernier passage à Brentford jusqu’en fin de saison, en pret depuis Charlton. 17 matchs et 5 buts avec les « Bees », et, enfin, un décollage pour l’Amérique… Tout n’a pas été si simple, mais c’est à travers son périple New-Yorkais que Bradley va exploser, après avoir tant encaissé, tant appris…

Pendant que Shaun sillonne toujours les 4 coins de l’Angleterre avec QPR, Bradley signe puis s’installe petit à petit aux New York Red Bulls, où il arrive gratuitement via Charlton. Depuis 2013, et jusqu’à aujourd’hui, Bradley est un élément indispensable des Red Bulls, finissant même meilleur buteur du championnat des Etats-Unis en 2014, et étant sacré champion en 2013, en dépit d’être arrivé en fin de la saison en cours en MLS. Il aura participé aux 7 dernières rencontres, inscrivant  1 but, avant d’accéder à son premier trophée. Le 23 avril 2014, il marque un triplé lors d’une victoire 4-0 contre le Dynamo, devenant ainsi le premier Anglais à marquer trois buts dans un match de MLS. Il répétera ses performances plusieurs fois par la suite.

En 2015, il est rejoint par son frère Shaun, venu gratuitement également, qui ne restera lui qu’un an, jouant 2 saisons, ayant à son actif 25 matchs ,pour 1 but marqué. Il joue aujourd’hui au Phoenix Rising (D2 Américaine).

Bradley aura au total, jusqu’à ce jour, inscrit 109 buts en 182 matchs de MLS. Une seconde jeunesse pour lui. Il est récemment devenu le joueur le plus rapide de l’histoire de la MLS à inscrire 100 buts… Et le premier de l’histoire de son club à atteindre cette barre honorifique des 100 buts.

Formés à Manchester City et au cours de 2 carrières distinctes, mais reliés par des débuts identiques, et une fin quasi-identique, les 2 frères auront donc (et peuvent encore) écrit (écrirent) de belles lignes dans l’histoire de la famille Wright.

Félicitations à eux pour leurs beaux parcours !